A propos de l'enquête de prévalence

Enquête de prévalence des infections associées aux soins et de l’utilisation des antimicrobiens dans les hôpitaux de soins aigus en Suisse

Pourquoi l’enquête de prévalence est-elle nécessaire ?

Chaque année, de nombreux patients des hôpitaux suisses contractent une infection associée aux soins (IAS).  50 % des IAS peuvent être évitées grâce à des mesures de surveillance, de prévention et de contrôle des infections. L’enquête officiellement soutenue par l’Office fédéral de la santé publique s’enregistre à deux stratégies nationales : la stratégie NOSO contre les infections associées aux soins (NOSO) et la Stratégie Antibioré-sistance (StAR). Elle fait également partie des surveillances proposées par les exigences minimales en ma-tière de prévention et lutte contre les IAS dans les hôpitaux de soins aigus

Quels sont les objectifs de l’enquête ?

  • Estimer l’ampleur des IAS et l’utilisation des antibiotiques dans les hôpitaux de soins aigus en Suisse
  • Caractériser les patients, les procédures invasives, les infections (sites, micro-organismes y compris les marqueurs de résistance antimicrobienne) et les antimicrobiens prescrits (substances, indications)
  • Analyser les stratégies de prévention des IAS (via la mesure des indicateurs organisationnels et structurels)

Quelle est la fréquence de l'enquête de prévalence ponctuelle ?

La première enquête de prévalence ponctuelle des IAS et de l'utilisation d'antimicrobiens (AU) dans les hôpitaux suisses de soins aigus (CH-PPS) a eu lieu en 2017, en parallèle au deuxième enquête de prévalence ponctuelle des IAS et de l'utilisation des antimicrobiens dans les pays de l'Union européenne, de l'Espace économique européen ainsi que dans les pays adhérents de l'ECDC. 96 hôpitaux suisses ont accepté de participer à l'enquête, recueillant des données auprès d'environ 13'000 patients. La prévalence identifiée des IAS était de 5,9%, ce qui place la Suisse dans la moyenne européenne.

En 2018, 2019 et 2021 grâce au soutien financier de l’Office fédéral de la santé publique, les hôpitaux de soins aigus intéressés à estimer le fardeau des IAS sur une base annuelle ont eu la possibilité d'utiliser sans frais la plateforme CH-PPS pour réaliser leurs enquêtes annuelles.

La deuxième enquête nationale de prévalence ponctuelle sera menée en 2022.

Dans un contexte particulièrement défiant et complexe causée par la pandémie COVID-19, cette deuxième enquête de prévalence vise à estimer l’ampleur des IAS et le degré d’utilisation des antibiotiques dans les hôpitaux de soins aigus, ainsi qu’à évaluer les structures et des processus de la prévention des IAS et de la lutte contre la résistance aux antibiotiques. En même temps, le Centre européen de prévention et con-trôle de maladies (ECDC) réalisera sa prochaine PPS, permettant une comparaison directe avec les hôpi-taux des pays européens et de l’espace économique européen. Le protocole, conçu et publié en 2017 et soumis à de légères modifications jusqu'à présent, sera révisé et simplifié. Il est notamment prévu de réviser les définitions de COVID-19, ainsi que de simplifier les indicateurs de structure et de processus et les exigences en matière de données pour l'utilisation d'antimicrobiens. L'invitation à participer a été envoyée en novembre 2021 (copie de la lettre).

Quels hôpitaux peuvent participer ?

Swissnoso invite tous les hôpitaux suisses de soins aigus à y participer. Les patients dans les salles d'urgence (pour moins de 24 heures), en psychiatrie, en réadaptation ou au bénéfice de tout autre soins de longue durée sont exclus. Si vous souhaitez inscrire votre hôpital à l'enquête de prévalence suisse, veuillez envoyer un courriel à l'adresse suivante pps@swissnoso.ch. Délai d'inscription : mars 2022.

Que comprend cette enquête ?

Méthode

Le protocole PPS 2017 est basé sur le protocole de l’ECDC et ceci afin d'assurer la comparabilité internationale. En Suisse, les protocoles sont disponibles en allemand, français et italien sous forme de documents pdf. En préparation de la prochaine enquête nationale de prévalence, le document technique et le livre de codes seront bientôt révisés et simplifiés.

Collecte de données

Les hôpitaux sont invités à recenser les données entre avril et juin de chaque année. Les données doivent être collectées sur un seul jour pour chaque service/unité. La durée totale de collecte des données pour l’ensemble des services d’un hôpital ne doit pas dépasser deux semaines.

Les hôpitaux sont libres quant à la composition des équipes de collecte de données. Il est toutefois recommandé que le personnel chargé de la prévention et du contrôle de l’infection (PCI) s’implique dans cette procédure. L’équipe soignante en charge du patient ne devrait pas collecter les données, mais plutôt soutenir les investigateurs au besoin.

Par mesure de sécurité, nous vous recommandons de recueillir en premier lieu les données sur des formulaires papier imprimés, puis de les saisir dans la base de données électronique.

Saisie/transmission de données

Le site web CH-PPS contient des instructions pour l'enregistrement dans la base de données électronique du portail CH-PPS (https://haipps.org) et pour la transmission du code de l'hôpital concerné, qui sera demandé lors de l'enregistrement. Les personnes responsables peuvent ensuite s'enregistrer sur le portail CH-PPS. Il convient de noter que les idéntifiants générés par le passé restent valables, à condition que les adresses e-mail professionnelles avec lesquelles l'enregistrement a été effectué soient aussi valables. De même, les codes hospitaliers sont des codes uniques et restent identiques tant qu'il n'y a pas de changement majeur dans l'organisation de l'hôpital (regroupement de sites hospitaliers). Nous recommandons de limiter à deux ou trois le nombre de personnes qui saisissent des données.

Feedback aux hôpitaux

Chaque hôpital participant peut obtenir et télécharger un feedback individuel à tout moment via la fonction "Exportation des données" du portail CH-PPS. Nous recommandons que chaque hôpital télécharge à la fois ses documents de feedback sous format pdf et Excel. De plus, tous les hôpitaux reçoivent un feedback individuel, qui comprend des analyses comparatives avec des hôpitaux comparables.